Nous contacter
Standard : 02.35.98.04.44
Vous êtes un professionnel : 02.35.98.74.70
Vous êtes un particulier : 02.35.15.67.17

0
0
0
s2sdefault

injecteursAujourd’hui, la plupart des automobiles encore en activité bénéficient d’une injection électronique, c’est à dire que la durée d’injection du carburant, pour optimiser le rapport air/carburant, est calculée par un dispositif électronique.

Pour information, il est admis que ce ratio, pour être optimal et ainsi permettre une économie de gasoil, doit être de 16 à 22 parts d’air pour 1 part de carburant.
La spécificité du système d’injection d’un moteur Diesel, par rapport à un moteur essence, est qu’il doit être capable de réaliser le mélange air/carburant en son sein et sous des pressions élevées.

La différence entre une injection directe et indirecte est que, dans le premier cas, l’injecteur pulvérise le carburant directement dans la chambre de combustion, alors que dans le deuxième cas, le gasoil est pulvérisé dans la tubulure d’admission et le mélange se forme donc en amont de la soupape d’admission.

À noter :

La durée de vie des injecteurs est, en moyenne, de 150 000 km. 

Les alertes qui vous indiquent que votre injecteur est à remplacer

  • Claquement moteur (bruit)
  • Emissions de fumées
  • Surconsommation
  • Perte de puissance à l’accélération
  • Saturation prématurée du filtre à gasoil

Pour rouler en toute sécurité :

  • Eviter les fortes accélérations à froid
  • Alterner les cycles urbains et extra urbains
  • Suivre les préconisations du carnet d’entretien
  • Faire contrôler régulièrement les bougies de préchauffage
0
0
0
s2sdefault

injecteuressenceTout comme pour les moteurs Diesel, les injecteurs essence servent à pulvériser le carburant dans les chambres de combustion, ou légèrement en amont, tout en maintenant un ratio air/essence optimal.

L’allumage dans les moteurs Essence se fait par l’intermédiaire d’une bougie d’allumage qui provoque un arc électrique et enflamme le mélange. Le mélange avec l’air est le plus souvent réalisé à l’extérieur de la chambre de combustion, en amont de la soupape d’admission (injection indirecte) ; cependant avec les progrès des injecteurs et des techniques d’injections gérées par l’électronique, l’injection se fait de plus en plus souvent directement dans la chambre de combustion (injection directe).

La durée de vie des injecteurs est, en moyenne, de 150 000 km et il convient de les nettoyer régulièrement.

Les symptômes qui vous alertent que votre injecteur est à remplacer :

  • Démarrages difficiles.
  • Vibrations moteur.
  • Vapeurs d’essence.
  • Perte de puissance.
  • Surconsommation d’essence.
0
0
0
s2sdefault

jointdeculasse

 

Joint de culasse pour assurer l'étanchéité

La culasse, partie intégrante de la plupart des moteurs, est le point d'appui de différents organes indispensables au fonctionnement d'une automobile comme les conduits d'échappement et d'admission, les dispositifs d'allumage et d'injection, soupapes, le dispositif de graissage, etc.

La culasse est plus ou moins sophistiquée selon que l'on est en présence d'un moteur à deux temps ou d'un moteur à quatre temps. Quoi qu'il en soit, le moteur d'une voiture fonctionne grâce, en partie, à des chambres de combustion. Or celles-ci doivent être étanches. Et l'étanchéité de la culasse est assurée par le joint de culasse. C'est donc lui qui assure l'intime jonction entre culasse et bloc moteur.

Quels risques en cas de problème de joint de culasse ?

Il faut savoir que le joint de culasse n'est ni en caoutchouc, ni en plastique. On trouve des joints de culasse en amiante et d'autres en métal.

La moindre défectuosité du joint de culasse ou de la culasse, comme une craquelure par exemple, peut entraîner la fameuse casse moteur que tout automobiliste redoute. Un risque de panne qui peut au mieux coûter très cher, au pire obliger à se séparer de sa voiture.

Certains automobilistes passionnés de mécanique auto peuvent cependant changer eux-mêmes le joint de culasse défectueux, ce qui permet de prolonger la durée de vie du moteur et de réaliser quelques économies substantielles.

Info conseil :

Les alertes :

  • Une odeur de brûlé vient du compartiment moteur : le joint de culasse fuit, l’huile rentre en contact avec le moteur chaud et brûle sous l’effet de la température élevée : joint à remplacer.
  • Consommation supérieure à la normale ou consommation d’huile supérieure à 1 litre aux 1000 km : joint à remplacer.
  • Une couche huileuse recouvre le liquide de refroidissement dans le radiateur ou le vase d’expansion : à surveiller. Si aggravation, joint à remplacer.
  • Ecoulement de liquide de refroidissement ou de lubrifiant au niveau de la séparataion du bloc et de la culasse : joint à remplacer.
  • Vapeur/fumée blanche à la sortie de l’échappement : joint de culasse fissuré.
  • Le moteur « boite » lorsqu’il tourne, le chauffage ne fonctionne plus, le niveau d’huile augmente et prend une coloration « mayonnaise », le moteur surchauffe : joint de culasse fissuré, risque d’arrêt du moteur.
  • Présence d’huile, de gasoil ou de liquide réfrigérant dans la distribution : mauvaise étanchéité.

Pour rouler en toute sécurité :

  • Surveiller les niveaux d’huile et de liquide de refroidissement
  • Faire une vidange au moins 1 fois par an ou tous les 10 000/15 000 km
  • A la moindre constatation d’une de ces alertes, consultez votre garagiste
0
0
0
s2sdefault

moteur bisLa culasse est la partie supérieure du moteur, fermant le haut des cylindres pour constituer les chambres de combustion.

Les culasses sont soumises à de fortes contraintes mécaniques, chimiques et thermiques, mais ne doivent être changées que si la rupture de la courroie ou une grosse surchauffe du moteur les ont déformées.

En revanche, le joint de culasse, qui assure l’étanchéité de chaque chambre de combustion, peut, en cas de détérioration, causer des dommages variables, allant d’une consommation excessive de carburant à un moteur hors d’usage.

La fréquence de son changement diffère selon les véhicules, mais des signes peuvent vous avertir : écoulement de liquide de refroidissement ou de lubrifiant à l’extérieur du moteur, fumées d’échappement bleues ou blanches. Dans ces cas, il faut agir vite !

0
0
0
s2sdefault

debimetreLe débitmètre est un capteur qui informe le calculateur de la masse d’air admise dans le moteur ainsi que de la température d’air. Il envoie ces informations à un module, qui calcule la quantité de carburant à injecter, de manière à augmenter le rendement du moteur en optimisant le mélange air/essence.

En plus des performances, le débitmètre permet de limiter les émissions polluantes superflues.

Il s’agit d’une pièce sensible, mais pas d’une pièce d’usure, car en cas de problème, elle n’entraîne pas d’avaries d’autres éléments. Il convient toutefois de nettoyer le débitmètre de masse d’air régulièrement et de le changer s’il s’encrasse trop (entre 100 000 et 200 000 km).

Plusieurs symptômes vous alertent : perte de puissance, moteur qui « broute » ou qui a du mal à monter dans les tours, trous à l’accélération, vapeurs d’huile qui se déposent sur la plaque du débitmètre entraînant des problèmes dans le calcul.

Info conseil :

Pourquoi remplacer le débitmètre ?

  • Diminution de la consommation
  • Performance moteur en hausse
  • Meilleure dépollution

Il est fortement recommandé de changer le filtre à air lors du changement du débitmètre.

Risques de non remplacement du filtre à air ou remplacement par un filtre de mauvaise qualité :

  • Défaut de calcul du débitmètre dû à l’encrassement du capteur
  • Perte de puissance moteur (débitmètre en défaut)
  • Hausse de la consommation du carburant
  • Défaillance du système de dépollution du véhicule
0
0
0
s2sdefault

moteurdiesel

 

Il s’agit d’un moteur thermique à combustion interne à allumage spontané (et non commandé), utilisant le Diesel (gazole, fioul), des huiles végétales ou minérales comme carburant.

Il ne comporte pas, contrairement au moteur essence, de papillons des gaz, et l’accélération s’effectue donc tout simplement en injectant plus de gazole.
Il ne comporte pas non plus de bougie d’allumage, étant donné que l’allumage est spontané, mais bien souvent des bougies de préchauffage, pour lui permettre un meilleur démarrage à froid, en augmentant temporairement la température d'un point de la chambre de combustion.

Les moteurs Diesel ont plus tendance à s’encrasser que leurs homologues à essence, à cause de leur fonctionnement et du carburant utilisé. Ils ont besoin d’un entretien régulier, et certains symptômes vous indiquent qu’il est temps de les contrôler : manque de puissance, à-coups, dégradation des performances...

REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord.